Vous êtes ici : Site de Michel MAGNIER : > Voyages au Maroc > Eté 2008 > Histoire de gaz >


Histoire de gaz !

Acte 1

          Experts en arts du camping depuis ... pffff ! Bien plus longtemps que cela !
          Combien a-t-on déjà vissé de cartouches sur un bleuet ? Je les ai comptées :832,64 exactement !
          Allumer du gaz ? Ben oui : briquets, cuisinières, becs Benzen, ... chalumeaux (des vrais avec de grosses bouteilles et tout et tout !), surtout lui, c'est son métier.

          Alors, partir au Maroc, avec l'intention de camper, et avec un gaz spécial pour le camping, il n'y a qu'un pas que nous avons franchi avec autant de dextérité que ... (voir ci-dessus !)

          Donc Lyon traversé, quoi de plus naturel que de s'arrêter sur une aire d'autoroute, trouver le meilleur endroit. A cette heure, c'est encore facile.
Simple comme bonjour ?.

          ... Et nous trouvons tout de suite :
- l'aire de repos : pas une grande. Juste pour un arrêt pipi et le petit déjeuner.
- l'emplacement : presque personne, donc facile à trouver. Quoi que : plus il y a de places, plus on hésite !
- le ciel : bleu comme en été. Normal, nous somme le 21 juin.
- le calme : y encore personne. On se demande même pourquoi il y a des jeux pour enfants. Nous n'avons pas d'enfants. Enfin, on n'en a plus qui peuvent encore jouer là-dedans. Et puis, ils ne sont pas avec nous.
- la verdure : même le gazon n'a pas encore souffert de la sécheresse qui ne va pas manquer de venir. Dès qu'on sera en été.
- tout, quoi : il ne nous manque R I E N !

Alt

          Dès LA table trouvée, les ingrédients sont sortis de la voiture : ce qui se mange, ce qui se boit, ce qui sert à préparer ce qui se mange, ce qui sert à préparer ce qui se boit, dont un brûleur de une cartouche de gaz.

          D'accord, le brûleur n'est pas de prime jeunesse. Il a même déjà de la bouteille (NDLE : voir ci-dessus!). Mais la cartouche de gaz, elle, est toute neuve. Du jamais servi. Elle est bleue comme le ciel (voir ci-dessus). L'étiquette du prix y est encore collée. Mais c'est pas grâve, c'est pas pour offrir.

          Donc, pour que cela marche, Il suffit de prendre le brûleur, celui qui se cache encore derrière la casserole pour chauffer l'eau d'un café qui sera ... inoubliable !

L'objet du délit.

          Donc quelqu'un, je ne sais plus lequel, prend le brûleur dans la main droite. Ou la gauche, je ne sais plus très bien ! La cartouche dans l'autre (Ca, je suis sûr que c'était l'autre !). Il approche, il vérifie le pas de vis. Il sait dans quel sens on tourne pour visser. Alors, il visse. Il visse jusqu'au petit Pschitt bien connu de tous.... Mais ....
PSCHHHH.
Si innocent....
          Il faut se rendre à l'évidence : il y a un problème.
          Quelqu'un disait «Ya un blème !»
          Pas moyen d'arrêter l'hémoragie. Tenir cela dans ses mains, en dehors du fait que cela peut exploser, ça fait drôlement froid. Si, regardez bien, la cartouche est toute blanche de givre.
          Je rappelle que nous sommes en été, que nous partons pour le Maroc... Donc, les habits de sport d'hiver sont restés à la maison. Les gants avec.

          Action .... Réaction : si ça fuit, c'est qu'il y a une raison.

          C'est simple : le caoutchouc du brûleur est trop vieux. Ou la cartouche était bosselée. Essayons l'autre cartouche.
          Et ... Re
Re...Pschhhh.
          Il faut se rendre à l'évidence. Cela ne vient pas de la cartouche, c'est un problème de brûleur.
          Notre vieux bleuet a vécu ! Condoléances ! Schade ! Pôvre de lui ! Paix à son âme !

          Réagissons : pour le café chaud, c'est foutu. Mais, pour les croissants, on peut faire avec . Ouf.
          Réagissons : on s'arrêtera pour acheter un nouveau brûleur dès qu'on peut.
          Ouf, nous sommes sauvés ! Merci au dieu des becs de gaz.

Acte 2

          Dès l'opportunité présente, nous achetons :
               - un nouveau brûleur (Pour être sûr qu'il marche aussi au Maroc, on l'achète International !
               - les cartouches qui vont avec !

          Et nous repartons vers un vrai petit déjeuner, avec café chaud incorporé. Cette foi(s), c'est bien vrai, ça !
Il n'y a malheureusement pas de photo pour l'acte 2.


Acte 3

Nouveau matériel !.
          Nous l'avons déniché ! Le voilà ! Ouf !!!

          On a même acheté les cartouches.
          On lit même le mode d'emploi. On ne nous la fera pas deux fois, non ?

          Eh Ben SI ! Le brûleur est le bon ... pour les cartouches de ce matin !

          Il faudra encore patienter pour un café chaud. Heureusement, les restaurants ont pensé aux gens comme nous, qui ne savent pas : ils vendent des cafés ... chauds !

          ... Et ils sont partis pour 4 semaines de voyage au Maroc sans une seule réservation d'hôtel. Ils ne savent même pas où ils vont. Le voyage commence bien !

Acte 4

Ouf ! Enfin !.
          Enfin ! le lendemain, en Espagne, nous petit-déjeunons sur une aire d'autoroute. Moins bien qu'en France, l'aire. Mais, l'air est bon et ... il y a du gaz.

          Ca marche !






          Note : nous avons trouvé un hôtel qui ne sert pas le petit déjeuner. Donc, nous nous arrêtons au plus vite.

          Mais ... nous avons trouvé le seul hôtel à 1 étage sur 500km de côtes espagnoles bétonnées comme ils sont les seuls à savoir faire.
          Nous recommandons très vivement l'hôtel Ursula . C'est un établissement qui ne paie pas de mine, même s'il est une mine d'or vu son emplacement.

          Voir l'article sur l'hôtel Ursula (bientôt en place dans la page correspondante).





 
Ecrit et composé avec GenPh© -CopyrightDepot.com 00035368- V 2.010-5601-MMag du 26/12/2006

  Dernière modification : 21/12/2010