Bienvenue sur le site  http://www.mimagnier.fr

 

A la croisée des chemins.

          Je sors d'une séance de prise de vue.
          Quel que soit le thème engagé aujourd'hui, je reviens à la maison avec 5, 50 ou 500 photos, suivant l'humeur du moment ou la nécessité de conservation d'images.

          500 photos, qu'est-ce que c'est ?
          A l'époque argentique, alors qu'une pellicule permettait une série de 36 images au maximum, alors que cette pellicule coûtait 50 F, que les tirages étaient vendus aux environs de 100 F pour cette même cartouche, faire 500 photos était réservé aux voyages lointains.
          Mais, aujourd'hui, alors qu'une carte mémoire peut contenir plus de 1000 clichés, que le coût direct de ce cliché est égal à zéro, il suffit de laisser son appareil à sa petite fille pour que le score soit atteint en une demi-heure (si, cela m'est arrivé), faire 500 photos, c'est d'un banal effroyable !

 

Corollaire : que faire de cette orgie d'images ?

          Après une énorme moisson, mon problème est simple : comment je trie quelques images seulement parmi un tas de clichés qui peut être énorme ?

          Je propose ici de présenter « mes façons » non objectives, abjectes, blessantes, etc, etc... Mais, il faut bien sélectionner, trier, assembler, etc pour construire des collections qui, je l'espère, intéressent les lecteurs.

          Je n'ai rien inventé spécialement pour ces images. Ce que je fais , je le pratique depuis presque toujours avec mes photos : de retour à la maison, ma carte pleine d'espoirs et d'images horribles, je pratique ce que j'ai appelé une lecture critique de ma moisson.