Bienvenue sur le site  http://www.mimagnier.fr

La photo, c'est (presque) simple !

... A condition que...

Tant qu'on est « vulgarus amateuris » , on appuie sur le déclencheur, souvent sans regarder, et on se complait dans un résultat qui, 9 fois sur 10 au minimum est de la bouillie. Mais, si on veut aller plus loin, faire DE LA photo , non plus faire des photos, il y a des passages obligés. En voici quelques-uns.

 

 - 1 -

La photo s'apprend !

 

 

 

Même que des diplômes sanctionnent les apprentissages.
Nous n'en sommes pas là. Mais, il est indispensable de savoir quelques petites choses.

Alors que ... Donc, si on veut quitter le monde amateur, il faut y mettre les moyens. Et constater que la photo, cela s'apprend !

 

- 2 -

Une photo a un cycle de vie précis

 

 

Première phase (qui peut durer plusieurs années) : Préparer une photo.
Exemple ; je veux faire une photo des Pyramides d'Egypte. Cette idée me tient depuis les cours d'histoire de 6°. J'ai passé 60 ans et je n'ai toujours pas fait ma photo des pyramides. Et pourtant, j'y pense !

 Deuxième phase (qui ne dure que quelques secondes) : Prendre un cliché.
J'approche l'appareil de mon oeil, je vise ... et pan ! Cela dure autant qu'un coup de fusil.

 Troisième phase (qui dure quelques minutes) : « développer » une photo.
Avant, c'était le travail de son photographe. Aujourd'hui, c'est le post-traitement.

 Quatrième phase (qui peut durer plusieurs années) : Présenter une image.
Depuis le fond d'une boite à chaussure jusqu'à la cymaise d'un musée, un album, etc.

 

 - 3 -

A chaque phase :

son photographe

 

 

Ou : plusieurs métiers du photographe.

Première phase : l'artiste : celui qui invente l'image, qui construit sa structure, imagine le résultat et la présentation.
Désolé : ce n'est pas un photographe ! Au cinéma, il serait le metteur en scène.

Deuxième phase : le machiniste : celui qui sait dans quel sens on régle et on dispose un appareil photo.
C'est le volet technicien du photographe : il sait mettre en oeuvre une machine plus ou moins complexe pour répondre aux souhaits de l'artiste.

Troisième phase : le laborantin : celui qui a délaissé sa chambre noire pour un ordinateur et les logiciels qui vont bien.
Ce n'est pas parce que la chambre noire a disparu que le travail qu'on y faisait doit disparaître. C'est lui qui magnifie le travail du machiniste ... ou qui récupère ses erreurs !

Quatrième phase : le spécialiste de la communication : celui qui sait diffuser une information.
C'est la récompense du photographe : on lit ou on ne lit pas. On aime ou on n'aime pas !
C'est maintenant qu'on apprécie le travail de l'artiste.

 

- 4 -

On reste simple !

 

D'un bout à l'autre de la construction d'une photo, la simplicité est de rigueur.

En feuiiletant les albums de photographes, on constate très rapidement que les plus belles images sont généralement toutes simples... Tout simplement !